Un afflux d’échantillons sous contrôle

Fin 2019, le directeur d’exploitation du laboratoire suisse Biolytix AG a contracté le nouveau virus du COVID, le SARS-CoV-2. Aussitôt, il s’est mis à disposition comme sujet d’expérience et a subi tous les tests. Au début de l’année 2020, Biolytix, comme de nombreux autres laboratoires, a dû faire face à un afflux impressionnant d’échantillons de tests du COVID-19. Génie investigateur et vision entrepreneuriale ont conduit Biolytix à s’investir de manière intensive dans le diagnostic du virus SRAS-CoV-2. Les chercheurs ont constaté que, de tous les liquides corporels, ce sont les échantillons de salive prélevés le matin qui contiennent la plus forte concentration de virus. Forts de ce constat, ils ont mis au point et validé une méthode de détection du virus du COVID-19 dans les échantillons de salive. Cette méthode avait l’avantage d’être beaucoup plus évolutive, puisque le prélèvement est effectué par le patient lui-même et ne nécessite pas l’intervention d’un personnel spécialisé comme c’est le cas pour les frottis.

Au début de la pandémie, il est rapidement apparu qu’une augmentation des capacités de test était indispensable. En collaboration avec les autorités, un centre de test a pu être mis en place en peu de temps à Muttenz, près de Bâle. Outre l’aménagement des locaux en laboratoire, y compris le câblage et l’infrastructure informatique, il a également fallu acquérir des appareils PCR et des consommables – un projet qui, compte tenu de la pénurie de matériel de laboratoire, a représenté un véritable exploit d’entreprise. La pandémie a débuté de manière relativement modeste, avec 500 échantillons par semaine, mais le flux a ensuite augmenté pour atteindre 50 000 échantillons par semaine au printemps 2021. Parallèlement, le nombre de collaborateurs et collaboratrices est passé de 20 à 120 personnes. Au plus fort de la pandémie, la capacité de traitement des échantillons de Biolytix AG atteignait le nombre incroyable de 150 000 échantillons par semaine.

Biolytix travaille depuis de nombreuses années avec le logiciel de laboratoire Limsophy LIMS d’AAC Infotray AG, qui a fait ses preuves. La forte augmentation de capacité de traitement des échantillons a nécessité une optimisation de la numérisation de divers processus de l’entreprise. « Les responsables de projets d’AAC Infotray AG sont toutes et tous des scientifiques, explique le directeur d’exploitation, ils parlent la même langue que nous et savent exactement comment adapter le logiciel pour nous. La condition de base pour la numérisation des processus de laboratoire est la capacité d’adaptation du logiciel de laboratoire. En tant que laboratoire de services, Biolytix s’efforce d’offrir à ses clients la solution la meilleure et la plus flexible. La forte augmentation de capacité de traitement des échantillons a concerné presque tous les processus de l’entreprise, qui ont pu être numérisés grâce à l’extension ciblée de modules, d’automatisations, d’adaptations d’interfaces, de dialogues de saisie de données appropriés et d’évaluations avec le logiciel de laboratoire. La plus haute priorité a toujours été accordée à l’assurance qualité. Biolytix est particulièrement fier du fait que, malgré l’énorme flux d’échantillons, les résultats d’analyse ont toujours pu être livrés dans les 24 heures suivant la réception. La protection des données a été prise en compte par un concept approprié. La combinaison de logiciels et de compétences en matière de laboratoire et de numérisation a donné naissance, sur le site de Muttenz, à un “écosystème” qui s’est avéré parfaitement adapté à la gestion d’un énorme flux d’échantillons.»